Article

  Outil de TAO en ligne comme un service

  Par : Sofiane Madani

La technologie dans le domaine de la traduction ne cesse d’évoluer et l’Internet est devenu incontournable pour les professionnels de la traduction. En effet, la plus grande partie des recherches sont effectuées sur Internet, car les ressources sont à jour, riches et diverses. Chaque jour de nouvelles ressources sont créées : glossaires électroniques, concordanciers multilingues, traducteurs automatiques, et corpus électroniques en plus des moteurs de recherche et des sites Web spécialisés des entreprises offrant leurs services en plusieurs langues.


Par ailleurs, les traducteurs aujourd’hui demeurent fermement attachés à leurs outils d’aide à la traduction. Ils ne peuvent plus se passer de leurs ressources de mémoires de traduction et de glossaires, et même les traducteurs automatiques sont souvent utilisés pour gagner du temps et travailler de manière plus productive. En général et traditionnellement, ces outils sont offerts sous forme de logiciels qui s’installent sur les ordinateurs des utilisateurs avec différentes versions et options. Bien que des versions serveur existent pour assurer le travail collaboratif, ces logiciels sont plus souvent des versions client à installer sur la machine des traducteurs pour complémenter les divers outils linguistiques et embellir l’environnement de travail. Selon les options et fonctionnalités de chaque outil, il est possible d’utiliser des ressources locales ou sur serveur, des plug-ins d’outils complémentaires, tels que les traducteurs automatiques, peuvent aussi être installés. Acquérir un outil d’aide à la traduction constitue évidemment un investissement qui doit être rapidement rentabilisé, car avec les mises à niveau fréquentes, les traducteurs se trouvent souvent obligés de passer à la version supérieure pour continuer à travailler, et cela ne se fait pas sans frais. Il y a aussi des outils qui s’acquièrent avec des licences limitées dans le temps, par exemple pour une durée de trois ans. Le détendeur de la licence a droit pendant cette durée à une mise à niveau, si une version supérieure voit le jour. Il y a aussi des ensembles d’outils d’aide à la traduction en ligne offerts gratuitement, certains utilisent un compagnon à installer sur Word. Ces outils offrent la possibilité d’utiliser des mémoires de traduction et des banques terminologiques privées et publiques stockées sur le serveur. Pour certains outils, les mémoires publiques consistent en un concordancier très dynamique qui recherche dans diverses bases de données publiques. Des outils d’alignement et de prétraduction sont aussi offerts. Le compagnon de l’outil assure aussi la récupération des segments répétés au sein du même texte. Même la collaboration et le partage des ressources avec des collègues sont possibles.


Une autre option s’offre aujourd'hui aux traducteurs, il s’agit d'outils d'aide à la traduction en ligne. De nombreuses agences connues proposent cette option à leurs traducteurs. Ces outils permettent d’utiliser toutes les ressources disponibles pour le projet : mémoires de traduction, glossaires terminologiques, systèmes d’assurance de la qualité et même des systèmes de traduction automatiques adaptés aux textes du client et utilisant l’apprentissage approfondi. Ces systèmes de traduction automatique offrent de très bons résultats et un gain de temps considérable. Certaines agences offrent ces outils de TAO en ligne comme une option de travail pour leurs traducteurs internes et externes, d’autres le proposent comme service couvrant même les autres projets du traducteur provenant d’autres clients. Moyennant un abonnement mensuel ou annuel, le traducteur pourra utiliser ces outils dans divers projets de traduction en ligne sans avoir à installer des logiciels sur son ordinateur. En plus de la courbe d’apprentissage nécessaire représentant une période de temps minimale nécessaire pour maîtriser l’outil, il y a la nécessité d’être tout le temps connecté à Internet, car les recherches, les mises à jour et tout travail collaboratif s’exécutent tous sur le serveur distant. Les mémoires, glossaires et traducteurs automatiques se trouvent aussi sur le serveur. Il est aussi possible d’acheter un abonnement et de partager ces ressources en ligne avec des sous-traitants, à condition de former ces derniers à utiliser ces ressources. Il est clair que le grand-public n’a pas l’embarras du choix en matière d’outils en ligne par rapport aux outils que les traducteurs utilisent sur leurs propres ordinateurs, mais les choix seront certainement plus nombreux dans le proche avenir, si le marché tendra vers cette option et que cela deviendra économiquement rentable pour toutes les parties.

  Autres articles

Outils d’aide à la traduction : entre efficacité et problèmes de compatibilité

La typographie avec les outils de la TAO

Outils d’aide à la traduction sur le nuage

Les correspondances à 100 %, le profit qui prime sur la qualité

Politiques et besoins en traduction

Traduire des textes de piètre qualité