Article

  Outils d’aide à la traduction sur le nuage

  Par : Sofiane Madani

Les traducteurs sont plus habitués à utiliser des outils de TAO installés sur leurs ordinateurs. Le partage des bases de données, qu’elles soient des banques terminologiques ou des mémoires de traduction, se fait d’habitude par des fichiers TMX. Ces dernières années, l’option d’utiliser ces outils sur le nuage (cloud) est bien là. Pour être clair, l’utilisation de ces outils sur les nuages signifie que le traducteur utilisera sa connexion Internet pour se connecter à un serveur Web, interagir avec les bases de données de banques terminologiques et de mémoires de traduction et traduire ses textes.

Une chose est sûre, toute technologie apporte des avantages sans être exempte de faiblesses. Parmi les avantages : stocker des données sur un serveur nous évite de le faire sur nos ressources locales, ceci est important lorsque ces données sont énormes ; l’autre avantage offert par ces outils est sans doute l’utilisation d’applications conviviales sur des navigateurs, surtout si le traducteur est familier avec l’Internet, ce qui est généralement le cas. Le partage est aussi facile vu que le traducteur a en général l’option de partager ses ressources de terminologie et de mémoires de traduction avec ses collègues s’il le souhaite. Ces outils sur les nuages offrent aussi au traducteur la possibilité de faire des prétraductions, des recherches à l’aide d’un concordancier dans une base de données globale en plus de sa propre mémoire de traduction. L’exploitation de ces outils peut se faire directement sur Word, certains outils comportent des macros qui permettent une connexion aux bases de données du serveur et l’interaction avec les applications, ou dans un environnement Internet. Si le traducteur utilise l’interface Web, il peut traduire avec certains outils d’autres types de formats en plus de Word. Il est aussi possible d’importer des TMX, d’aligner des textes et leurs traductions pour créer des bi-textes et d’utiliser des traducteurs automatiques sur certains outils.

L’utilisation de ces outils comporte aussi des inconvénients : une dépendance d’une connexion Internet parce que les outils et les bases de données se trouvent sur un serveur Web, les recherches sont parfois moins rapides à cause de l’utilisation d’Internet, et l’environnement de travail est moins riche que celui fourni par un outil installé localement. Ces outils sur le nuage ne permettent pas de traduire des fichiers graphiques de type InDesign, Quark, ou autres. L’autre inconvénient majeur concerne la protection des documents et le caractère confidentiel de certains textes, en effet, la sécurité des informations que contient un texte n’est pas complètement assurée lorsqu’elles se trouvent dans des serveurs sur lesquels les traducteurs n’ont aucun contrôle.

Les outils de TAO sur le nuage offrent sans doute une autre solution pour aider l’activité de traduction, et l’évolution de l’Internet permettra aux traducteurs de l’inclure comme une option de choix.

  Autres articles

Outils d’aide à la traduction : entre efficacité et problèmes de compatibilité

La typographie avec les outils de la TAO

Les correspondances à 100 %, le profit qui prime sur la qualité

Politiques et besoins en traduction